Le magazine des débutants du poker en ligne - le poker de zéro à As

Sondage

Vous et le poker (sondage)

Connexion utilisateur

Message d'erreur

  • Notice : Undefined index: comments dans _discussthis_discussion_load() (ligne 388 dans /home/riggedpo/pnov/sites/all/modules/discussthis/discussthis.node.inc).
  • Warning : Invalid argument supplied for foreach() dans _discussthis_discussion_load() (ligne 388 dans /home/riggedpo/pnov/sites/all/modules/discussthis/discussthis.node.inc).
Se connecter or to En discuter sur le Forum

Vous avez choisi votre room, vous avez effectué votre premier dépôt, vous avez une petite bankroll et vous êtes prêt à vous installer aux tables pour jouer au poker contre de vrais adversaires. Très bien. Reste une grande question : plutôt Cash Game, plutôt MTT ou plutôt Sit'n'Go ?

Franchement, pour un début, vous auriez plutôt intérêt à choisir le sit'n'go. En cash game, les sommes défilent très vite et lorsqu'on manque encore d'expérience et de notions précises sur la bankroll et la vitesse à laquelle elle descend, on peut se retrouver banqueroute sans avoir vraiment le temps de s'en rendre compte. En MTT, les enjeux sont plus importants, les buy-ins souvent supérieurs, et les chances de finir dans les gagnants presque nulles au départ. Le SNG représente un moyen relativement sécurisé de se lancer dans le grand monde. Commencez aux plus petits buy-ins que la room choisie vous propose. A ce stade, vous n'essayez pas encore de gagner de l'argent, juste un peu d'expérience et de compréhension du jeu tel qu'il se déroule en pratique.
Si vous voulez faire des tournois multi-tables, pour vos premières parties, optez plutôt pour quelques freerolls. Mais le SNG demeure un meilleur choix (ne serait-ce que parce que vous serez directement confronté à un poker un peu plus propre).

Choisisez votre SNG, mettez un peu de musique douce (qui ne vous déconcentrera pas), installez vous confortablement devant un PC branché ou pleinement chargé, fermez la porte et attendez que la table se remplisse. Le jeu démarrera lorsque la table sera remplie (10 joueurs ou, plus rarement, 6 joueurs). Selon que vous vous fassiez éliminer en premier ou que vous soyez gagnant du SNG, le jeu pourra durer de quelques minutes à une heure et demi environ.

Vous connaissez les règles, vous savez comment ça se passe. Selon votre position, vous allez être amené à poser les blinds plus ou moins rapidement, et vous allez commencer en début ou en fin de parole... les rôles tournent et dans 9 mains, vous serez passé par tous les rôles. N'oubliez pas que la position est un aspect essentiel. Plus vous parlez tard, plus vous pouvez miser sur des mains faibles (ou plutôt : moins fortes), si toutefois les joueurs avant vous n'ont pas donné signe d'avoir des mains très fortes eux-même.

Attention à ne pas coucher toutes vos mains quand-même. Si dans un premier temps les blinds paraissent très petites par rapport à votre nombre de jetons, celles-ci augmentent progressivement. Si vous ne vous faites pas suffisamment de jetons d'avance à temps, les blinds vont finir par représenter une partie importante de votre tapis, et vous vous retrouverez à sec en quelques tours de table quand ce moment arrivera. Pour vous donner une idée très approximative de ce qui se joue ou pas, les mains AA, et KK se jouent systématiquement, avec relance, surrelance et all-in si nécessaire. Les mains QQ et AK se jouent presque systématiquement, sauf s'il y a trop d'adversaires qui ont relancé avant vous. Les mains TT, JJ, KQ et AJ se relancent si personne n'a misé avant vous, et que vous êtes en fin de parole. En début de parole, contentez vous de suivre (payer la big blind). Quant aux paires 99 à 22, contentez vous quoi qu'il arrive de payer la big blind.

Ce ne sont pas des règles absolues, il y a plein d'exceptions à ces règles, elles dépendent de plein de choses, et des tas de joueurs procèdent différemment. Mais ça doit vous donner une idée de ce que sont vos mains : AA, KK, QQ et AK sont des mains fortes. AJ, KQ, TT, JJ sont des moins moyennes-fortes. 99 à 22 sont des mains moyennes à moyenne-faibles. Toutes les autres mains sont des mains faibles. Il y a des circonstances exceptionnelles dans lesquelles jouer des mains faibles ou coucher certaines mains fortes (généralement pas AA et KK, du moins pas préflop), mais vous n'en êtes pas encore là.

Arrivé au flop, il vous faut au minimum la meilleure paire : soit vous avez déjà une paire dans vos mains qui dépasse la meilleure carte du flop (par exemple vous avez TT et le flop donne 5pique7carreau2coeur, soit une de vos cartes vous permet de réaliser la meilleure paire avec les cartes du flop (par exemple vous avez joué AJ et le flop donne 5piqueTpiqueJcoeur : la paire de valet est bien la meilleure paire disponible. Si vous avez mieux qu'une meilleure paire (Brelan, full, couleur ou autre), tant mieux ! La meilleure paire c'est un minimum.
Si vous n'avez pas de paire du tout, ou une paire de moindre valeur (par exemple AJ et le flop donne Jpique5carreauKcarreau vous abandonnez : trop de risque qu'au moins un joueur ait une paire de rois qui batte votre paire de valets.

Ensuite, tout dépend... la bonne paire vous permet éventuellement de jouer, si vous êtes en fin de parole et que personne n'a misé avant vous par exemple. Mais si vous êtes nombreux sur le flop et que quelqu'un mise avant vous, ou après vous, abandonnez : on ne se lance pas dans des enchères improbables avec une simple paire. Si vous avez un full en revanche, c'est autre chose et vous devriez clairement oser. Même un brelan est un très bon tirage, surtout s'il est constitué de deux de vos cartes privatives et d'une seule carte commune. Plus votre tirage est bon, plus vous devez profiter de votre position de force. Et on le répète à votre niveau, ne bluffez pas. Si vous n'avez pas touché ce que vous espériez, laissez tomber. Même si vous êtes en fin de parole et que tout le monde a checké avant vous. Checkez également, mais ne relancez pas. Ne croyez pas que les checks de vos adversaires sont nécessairement un aveu de faiblesse dont vous pourriez profiter, il peut très bien s'agir d'un check/raise : une stratégie qui consiste à checker pour laisser croire qu'on a une main faible, laisser un joueur miser, et relancer derrière lui : si vous êtes victime d'une telle stratégie alors que avez bluffé, vous êtes mort. Donc, pas de bluff. Pas à ce stade du moins. Vous apprendrez bientôt dans quels cas vous avez le droit de vous autoriser certains bluffs spécifiques.

Nous n'allons pas aller plus loin dans les explications pour le moment. Vous allez commencer à jouer, découvrir, apprendre. Vous faire votre propre feeling aussi. Mais vous n'en avez pas fini avec la stratégie, loin de là. En fait, vous n'avez même pas encore vraiment commencé. Faites vos premières parties pour voir de quoi il retourne et nous verrons ensuite quelques notions supplémentaires autour de la stratégie, de la psychologie, mais aussi deux-trois avertissements sur des choses dont il faut apprendre à se méfier.

Bon jeu et à très bientôt !

Partager

École de Poker

Motivé pour pousser plus loin l'apprentissage du poker ?

Découvrez Poker Strategy, l'école de poker gratuite,
Et bénéficiez de 45€ de mise de départ gratuite pour faire vos armes au poker en ligne !